La Maison Voyageuse

Accueil

Présentation

Ma démarche
environnementale


Ma démarche qualité

Habiter une yourte

Yourtes et RT2012

Votre yourte

Modèles et tarifs

Réalisations

Vente de toile

Assistance
aux
auto-constructeurs



Habiter dans une yourte


Le bruit
Réaction au chaud et au froid
Choix de l'emplacement
Orientation de la yourte
Permis de construire ?
RT 2012

Les nomades d'Asie centrale utilisent cet habitat depuis des millénaires.  La yourte est parfaitement adaptée à leur mode de vie mais aussi à leurs climats.

Qu'en est-il pour nous, occidentaux ?
Yourte contemporaine dans son environnement naturel
L'engouement pour la yourte est à rapprocher de bien d'autres changements qui sont en train de modifier en profondeur notre relation à l'habitat : recherche d'un habitat plus écologique, construit avec des matériaux sains, envie de renouveau de notre habitat, envie de dépaysement, etc… Ces modifications de notre comportement nous font découvrir ou redécouvrir des habitats tels que les yourtes, les zomes, les cabanes perchées, mais aussi des techniques ou des matériaux comme la construction en ossature bois, la fuste, le madrier, l’utilisation de la paille, de la terre, et bien d’autres encore.

Le mode de vie actuel amène également des formes nouvelles de nomadisme, contraintes parfois, ou choisies.

Mais nous ne sommes pas prêts à sacrifier non plus notre mode de vie et notre confort et il nous faut donc trouver des compromis et des adaptations permettant d’allier nos aspirations et notre mode de vie.

Il est possible d’adapter la yourte à ces exigences et d’en faire ainsi un habitat original mais aussi confortable.

Mes choix en matière de techniques de fabrication et de matières premières vont dans ce sens : construire le plus durablement possible en assurant un confort adapté à nos modes de vie et à notre climat, en respectant au mieux notre environnement.

Mais une yourte, même adaptée, n’est pas une maison.


Le bruit


L’isolation phonique d’une yourte n’est pas comparable à celle d’une maison.
Par exemple, en étant à l’extérieur de la yourte, il est possible d’entendre, sans pouvoir la comprendre, une discussion à l'intérieur. L’isolant assourdit les bruits mais ne les coupe pas. La pluie et le vent sont, par exemple, présents dans la yourte.

Ceci est une contrainte généralement bien vécue qui nous place au cœur de notre environnement immédiat.

Mais il faut en tenir compte pour le choix de l’emplacement en évitant les environnements trop sonores.

La qualité de l'isolation sonore de la yourte dépend directement de l'épaisseur de l'isolant utilisé.

Réaction au chaud et au froid


Contrairement à une maison, une yourte est fabriquée sans matériau présentant une forte inertie thermique comme le béton, la pierre, ou la brique, par exemple.
Elle présente donc une faible inertie thermique.

Le principal avantage est qu’il est très facile de chauffer une yourte : pas de pierre ou de béton à réchauffer.
En une ou deux heures, en fonction du chauffage choisi, la température est déjà douce.

Par contre, même avec un isolant de grande qualité, une fois le chauffage arrêté, la yourte se refroidira plus vite. Il faut donc choisir un mode de chauffage adapté, qui monte vite en température le volume de la yourte et qui a une tenue au feu assez longue, 10 à 12 heures idéalement pour, par exemple, un poêle à bois afin de tenir la journée ou la nuit. Mais la yourte reste facile à chauffer en hiver.

La réaction par rapport à la chaleur en été n’est également pas la même. Malgré un isolant efficace, la yourte se réchauffera plus vite qu’une maison enLa yourte s'intègre parfaitement dans la nature pierres pendant la saison chaude.

Il faut donc prévoir une ventilation efficace au sommet afin d’évacuer la chaleur qui s’accumule en hauteur. Lorsque vous choisissez de mettre un dôme transparent, il est possible de l'ouvrir à l'aide d'une canne amovible et d'un vérin télescopique. Cette ouverture d'une dizaine de centimètres, côté opposé au vent dominant, suffit à créer un mouvement d'air naturel bien plus efficace qu'avec un ventilateur en raison de sa position au point culminant de la yourte. Cette ventilation naturelle permet de renouveler l'air de la yourte en expulsant l'air chaud chargé d'humidité.

Vous trouverez ici plus d'infos sur l'isolant en laines de moutons que j'utilise.

Il pourrait être particulièrement intéressant d’adjoindre un puit provençal (ou canadien) à la yourte. Il s’agit de profiter de l’inertie thermique de la terre pour rafraîchir en été et préchauffer en hiver l’air qui entre dans la yourte. Cette installation consiste à faire passer l’air entrant dans un tube (diamètre 150 à 200 mm par exemple) qui circule sous la terre à une profondeur de 1,50 à 2,00 m sur une longueur de l’ordre de 15 à 20 m avant d'arriver dans la yourte. Ces données sont indicatives et à adapter en fonction du volume de la yourte. Le coût principal de cette installation réside dans le creusement de la tranchée et il peut être très nettement amoindrie s’il faut amener l’eau ou l’électricité dans la yourte et donc creuser une tranchée pour ces travaux. Plus d'infos sur le puits provençal.

Choix de l'emplacement


Le choix de l'emplacement de la yourte sur votre terrain doit prendre en compte un certain nombre de paramètres.

Tout d'abord par rapport au vent.

La yourte présente une structure qui est très adaptée pour résister au vent. Sa forme ronde ne présente que peu de surface d'appui pour celui-ci, le vent a tendance à tourner autour. Certains fabricants américains garantissent leurs yourtes pour des vents allant jusqu'à 160 Km/h !
Yourte, eau et reflets
Cela n'empêche nullement de prendre des précautions et d'éviter de placer la yourte à un endroit très exposé au vent. En particulier en ce qui concerne les ouvrants, il est déconseillé de placer une porte ou une fenêtre ouvrante dans la direction des vents dominants. Pour préserver les portes, elles ouvrent toutes vers l'intérieur de la yourte pour que le vent ne puisse s'appuyer dessus et les déformer ou les arracher. Pour les mêmes raisons, il n'est guère souhaitable de placer des volets extérieurs. Si vous le souhaitez, des volets dans le style provençal peuvent être placés à l'intérieur.

Les sources d'humidité sont également à éviter.

Le facteur principal d'usure des toiles est l'humidité. Il faut donc veiller à ne pas placer la yourte à proximité d'une source ou d'un cours d'eau, mais aussi trop près de végétation haute (arbres, haies) qui gardent l'humidité mais qui perdraient aussi leurs feuilles sur la yourte pourrissant ainsi sur la toile et stockant de l'humidité. La chute de branches par temps venteux est aussi à craindre, même pour les plus petites qui pourraient percer la toile.

Orientation de la yourte


L'orientation est aussi affaire de goût mais la course du soleil est la première chose à prendre en compte.

Le soleil apporte un éclairage direct essentiellement par les portes vitrées ou fenêtres situées entre le sud-est et le sud-ouest.
Les fenêtres situées entre le sud et l'est apporteront de la lumière le matin, celles situées entre le sud et l'ouest l'après-midi.

Toutes les ouvertures situées au-dessus d'un diamètre est-ouest de la yourte n'apporteront qu'un éclairage naturel indirect.

Le dôme transparent apporte une luminosité conséquente.
Un article publié sur la revue La Maison Ecologique début 2014 mentionne que l'éclairage apporté par une fenêtre de toit est 4 fois supérieur à la même surface de vitrage sur un mur vertical. Le dôme amène donc grâce à son puits de lumière de 1,5 m2, autant de lumière que 6 m2 de vitrage. Il est bien souvent la source la plus importante de luminosité. L'éclairage est surtout indirect. Si une mezzanine est présente, située à l'ouest du centre, elle sera plus éclairée le matin, située à l'est du centre, elle sera plus éclairée l'après-midi.

Autorisation d'installer : Permis de construire ou non ??


La problématique de l'autorisation d'installer de la yourte n'est pas très simple.
Ce qui suit est un résumé de celle-ci, sachant que je ne suis nullement juriste !

La nature de l'autorisation nécessaire dépend essentiellement de l'usage qui est fait de la yourte.

Pour une utilisation ponctuelle, la yourte est assimilable à une tente et aucune autorisation n'est requise en-dehors de celle du propriétaire du terrain sauf réglementation locale particulière concernant le camping, par exemple dans les Parcs Naturels et certains Parcs Régionaux, le littoral en France, etc... Vous pouvez poser une yourte à côté de votre maison pour l'été sans demander rien à personne si votre commune n'a pas de règlementation particulière concernant le camping, ce qui est généralement le cas mais à vous de contrôler ce point auprès de votre mairie.

Bien que dans l'esprit cette utilisation soit limitée dans le temps puisque restreinte aux activités de loisirs, rien dans les textes de lois ne fixe de limite temporelle à l'utilisation du cadre légal du camping. De plus, bien que ce ne soit pas légalement prévu, des centaines de milliers de personnes habitent dans un camping en France faute de trouver une meilleure solution de logement.

Les conditions selon lesquelles une installation de yourte peut être défendue selon le régime juridique de la tente sont fixées par la jurisprudence récente et elles sont de plus en plus draconiennes.

Pour une durée plus longue, de quelques mois à 2-3 ans, une autorisation municipale doit être sollicitée, au même titre que pour une caravane, un mobil home. Cette autorisation est légalement valable un an maximum mais est renouvelable. Le terrain n'est pas nécessairement constructible. Cette autorisation n'est pas un droit, une mairie peut la refuser.

Au-delà, la seule autorisation qui n'a pas de limite de temps est le permis de construire.

Une yourte, "si elle comporte des aménagement intérieurs tels que des blocs cuisine ou sanitaires", est parfaitement assimilable à une Habitation Légère de Loisirs (HLL). Lors d'une question au gouvernement posé par M. Jean Launay, alors député du Lot, le ministre des transports de l'équipement du tourisme et de la mer l'a clairement indiqué dans sa réponse publiée au JO le 06/02/2007 page 1416. Voyez ici le texte intégral de la question et de la réponse. Sa réponse comprend par contre une omission au regard du code de l'urbanisme.

Yourte et SalersLes HLL sont définies par le code de l'urbanisme, article R. 111-31 du 5 janvier 2007 : "Sont regardées comme des habitations légères de loisirs les constructions démontables ou transportables, destinées à une occupation temporaire ou saisonnière à usage de loisirs." Dans la question posée au gouvernement, l'usage des yourtes en tant qu'habitat principal est clairement indiqué, le ministre répond en disant qu'il faut utiliser la règlementation des HLL.  L'article R. 111-32 précise les conditions d'implantations des HLL, qui sont essentiellement prévues dans des terrains spécialement aménagés, à savoir les parcs résidentiels de loisirs, certains terrains de camping, les villages vacances classés en hébergement léger, les dépendances des maisons familiales de vacances. Mais cet article précise aussi : "En dehors de ces emplacements, leur implantation est soumise au droit commun des constructions." Rien n'empêche donc à ce qu'une habitation légère de loisirs et donc une yourte dans le cas qui nous intéresse fasse l'objet d'une demande de permis de construire.

Ceci n'oblige pas les autorités compétentes (Etat, DDE, Mairie, voir Architecte des bâtiments de France) à répondre favorablement à cette demande. Ce genre de demande est atypique et ces services répondent de manière très diversifiés en fonction des personnes et des territoires. Mais certains obtiennent leur permis de construire pour une yourte.

La règlementation thermique RT 2012, applicable à toute demande de permis de construire pour un nouvel habitat, change un peu la donne. Cette norme, établie sur le modèle de la norme des Bâtiments à Basse Consommation dite BBC2005, est reconnue par tous comme très exigeante. Le fait de pouvoir répondre à cette norme avec des yourtes adaptées change la perception des administrations en démontrant qu'il s'agit bien d'un habitat contemporain, écologique qui offre un abri sûr, confortable et peu énergivore à ses habitants.

La plupart des plans d'occupation des sols mentionne un article ressemblant à : Les projets d'architecture contemporaine dont l'intégration est recherchée peuvent déroger aux règles ci-dessous propres à l'architecture traditionnelle.

Le fait que le projet relève ou non de l'architecture contemporaine est à juger par un architecte. Le recours au CAUE est particulièrement intéressant puisque nous avons par eux accès gratuitement à un architecte connu des services de la DDT. Ils sont souvent bien plus ouverts que l'administration.

Il faudra les convaincre que votre projet relève de ce type d'architecture et non d'une architecture traditionnelle étrangère. Les "pastiches" -comprendre les reproductions fidèles- d'architecture étrangère sont mal tolérés. Il ne s'agit pas ici d'une reproduction fidèle mais d'un habitat écologique contemporain inspiré des yourtes mongoles. Les adaptations sont suffisamment importantes pour que cette nuance soit évidente : présence de plusieurs portes et fenêtres, hauteur et volume plus importants, luminosité et isolation importante, respect de la norme RT2012, étanchéité à l'air, etc...

Dans les thèmes architecturaux présentés sur Wikipedia dans un article consacré à l'architecture contemporaine, deux attisent mon intérêt pour une argumentation justifiant que ces habitats écologiques inspirés des yourtes mongoles relèvent bien de l'architecture contemporaine du XXIème siècle :

- Architecture et économie d'énergie. Sur ce point la yourte est imbattable sur bien des aspects que vous trouverez détaillés sur plusieurs des pages de mon site http://www.yourtes.net/demarche.html http://www.yourtes.net/materiaux.html http://www.yourtes.net/materiaux.html : compacité record de la forme (rapport entre surface habitable et surface de l'enveloppe), quantité de matériaux minimaliste, utilisation de l'espace optimisée avec la mezzanine, consommation énergétique minimaliste pour l'énergie au quotidien démontrée par le respect de la RT2012 et une étanchéité à l'air record, énergie grise mobilisée pour la fabrication très en-deçà des principes constructifs classiques, habitat totalement réversible (ce dernier argument est à utiliser avec des pincettes lorsqu'il s'agit de demander un permis de construire qui est sensé être "éternel" dans l'esprit).

- L'architecture faite à nouveau de matériaux nobles : avec la présence de beaucoup de bois visible de l'intérieur, de matériaux locaux et biosourcés (d'origine naturelle renouvelable : bois, laine de moutons d'Auvergne).

Dans les différents courants de l'architecture contemporaine mentionnés dans cette article, on peut trouver des correspondances évidentes avec l'architecture écologique et l'architecture bioclimatique la plupart du temps (prise en compte de l'exposition de la yourte au mieux possible pour optimiser les apports solaires passifs en hiver et l'éclairage naturelle).

Le second point important de cet article est que l'intégration doit être recherchée et mise en avant sur votre présentation du projet : intégration paysagère dans le paysage proche et lointain, intégration au bâti existant.

Ce projet est ici aussi particulièrement intéressant : le POS imposait que la construction soit alignée sur la limite de parcelle qui était droite. Un cercle a du mal à s'aligner sur une droite... Voyez ici l'idée que mes clients ont eu avec l'architecte du CAUE pour respecter cette condition avec un habitat rond. La yourte est un élément d'un ensemble qui comprend une petite extension ossature bois au nord et une terrasse au sud qui permet de donner à l'ensemble un volume qui s'insère dans l'environnement immédiat et respecte la contrainte de l'alignement sur la limite de la parcelle. C'est un exemple intéressant. L'insertion doit tenir compte aussi des éléments de végétations existants ou à créer afin d'atténuer la vue de l'habitat de l'environnement proche comme lointain. Ce sont des points importants pour une demande de permis de construire.

Demander un permis de construire, cela nécessite un terrain constructible et des démarches un peu lourdes. Mais c'est possible ! Il ne faut pas parler de yourte mais de « maison ronde à ossature bois », il n'y a pas lieu de mettre en avant le caractère démontable de cet habitat puisque l'autorisation est définitive ! Certains critères pourront être imposés comme la couleur des toiles de toit. Bien sûr, certaines administrations ou communes ne seront pas favorables à de tels projets, mais d'autres le seront ! C'est généralement un parcours du combattant mais qui peut trouver une issue favorable si vous ne vous découragez pas d'un premier refus et si vous êtes prêt à changer votre projet de localisation. Des communes rurales seront certainement plus ouvertes à ce propos que des communes urbaines qui ont généralement des problèmes pour gérer leur développement. Si vous êtes nouveaux venus sur un territoire qui perd de la population, certaines communes seront plus conciliantes avec vous pour l'obtention d'un permis de construire.


Lorsque l'on imagine vivre dans une yourte en permanence, il faut souvent aménager le terrain pour celle-ci : arrivée d'eau, électricité, traitement des eaux, etc... Tous ces aménagements seront difficilement démontables.
Il existe cependant des solutions pour certains d'entre eux comme, par exemple, un filtre à tourbe posé sur le sol pour le traitement des eaux usées qui reste amovible.

Une yourte adaptée pour y vivre en permanence reste démontable mais son démontage et son transport représente un chantier un peu important, estimé à une bonne quinzaine de jours pour une yourte de 50 m² avec mezzanine et plancher avec des aménagements intérieurs (électricité, plomberie, salle d'eau, etc...). Le plus long à démonter et remonter sera tous les aménagements intérieurs, le plancher et la mezzanine.

Pour toutes ces raisons je conseille de rentrer dans la démarche du permis de construire dés que l'on imagine habiter une yourte en permanence pour une durée supérieure à deux ou trois ans.

Certains départements sont plus favorables que d'autres à l'installation en yourte. Ces habitats atypiques peinent parfois à trouver leur place dans le paysage administratif français. Cependant, un nombre croissant de permis de construire est accordé chaque année. Certains sont accordés sans aucune difficulté. La situation progresse ces dernières années avec de plus en plus de territoires ouvert à l'obtention de permis de construire pour les yourtes. Les territoires ruraux en déclin démographique sont ceux qui s'ouvrent le plus rapidement, car les nouveaux arrivants sont un des rares moyens de lutter contre ce déclin.

La mobilisation de décembre 2010 contre la loi LOPPSI 2 et son article 34 ter A (cf ici plus de détails) a véhiculé beaucoup d'informations erronées sur la légalité de cet habitat. Cette loi a été annulée par le Conseil d'Etat.

Je déconseille vivement et dans tous les cas de poser une yourte pour une durée un peu longue (supérieure à 6 mois) sans solliciter d'autorisation dans le cas où la yourte possède des installations sanitaires. Certaines personnes le font mais ils s'exposent à des déconvenues. Même si les demandes de démontage sont très peu nombreuses, elles existent et elles ne feront qu'augmenter si beaucoup de personnes installent des yourtes sans autorisation. C'est d'ailleurs le cas ces dernières années avec l'augmentation du nombre de yourtes montées. Dans certains endroits, les autorisations s'obtiennent plus facilement, mais ailleurs la répression des campements de yourtes sauvages s'organise... Des solutions différentes du permis de construire sont cependant envisageables lorsque la yourte n'a pas d'installations sanitaires.


Si vous avez des expériences à partager sur ce thème, ou d'autres points de vue, je suis preneur ! Voir contact.

La nouveauté du 1er janvier 2013 : la RT 2012

Depuis le 1er Janvier 2013, toutes les constructions à usage d'habitation individuelle sont soumise à une nouvelle norme draconienne, la RT 2012.

Les yourtes sont donc concernées lorsque leur propriétaire souhaite demander un permis de construire.

Il n'est pas simple de fabriquer des yourtes qui réponde à cette norme, basée sur la norme BBC 2005 pour Bâtiment Basse Consommation, mais La Maison Voyageuse s'y emploie. Plus d'infos ici.




Contact Liens - Mentions légales SARL Eco-Habiter Léger 2014